blogL' ART

La belle Monica Bellucci  incarne  la diva Maria  Callas au théâtre

La belle Monica Bellucci  incarne  la diva Maria  Callas au théâtre

 MALAKA AKJIL

 

Monica Bellucci, la diva du cinéma italien  avoue  sa terreur quand elle monte sur scène, où elle  incarne la voix de la plus mythiques donna, Maria Callas.

L’actrice à la présence sublime,  se sent  intimidée par sa première expérience au théâtre, qu’elle a entamée en novembre au théâtre Marigny avec une lecture scénographie d’extraits de lettres et de mémoires de la reine  de l’opéra.

«C’est la terreur. Ce n’est pas que j’avais peur du théâtre, j’ai toujours peur du théâtre! Je tremble», affirme  la star de 55 ans, qui se présentera  aux Bouffes parisiens à partir de vendredi jusqu’au 28 mars.
«Monter sur scène, c’est presque une violence que je me fais».Avoue la bella
«Quand on fait un film, c’est comme si on était protégé du monde extérieur. Au théâtre, on respire le public et le public vous respire. Il y a un contact direct, une concentration qui doit rester pour une heure et demie», ajoute l’Italienne.

«Au cinéma, ce sont de petites scènes de quelques minutes et puis on s’arrête», dit-elle, précisant que c’est uniquement dans le film «Irréversible» de Gaspar Noé où elle a joué «20 minutes d’affilée».

En dépit de cette peur, elle a été conquise par le projet de Tom Volf, réalisateur du documentaire «Maria by Callas» qui a par la suite fait publier chez Albin Michel un recueil d’émouvantes lettres et mémoires de la Callas , aussi connue pour son chant que pour son amour tragique pour l’armateur grecque  Aristote Onassis.

«Les lettres sont tellement belles… c’était impossible de pas rentrer dans l’âme de cette artiste merveilleuse», précise Monica Bellucci.

Pour Tom Volf, une «alchimie» s’est produite entre la Bellucci et la Callas sur scène, tellement l’actrice a, avec sa voix, interprété avec justesse la force et la vulnérabilité de la diva. Avec son statut de célébrité, Monica a pu comprendre la femme derrière la légende».

Il raconte une anecdote sur la toute première générale de la représentation où un papillon est apparu soudain des coulisses et a virevolté autour du visage de l’actrice. «Les gens ont cru que c’était un effet spécial, comme une référence à Madame Butterfly», l’héroïne de Puccini et un des rôles iconiques de la Callas.

Bellucci porte même sur scène une robe de la Callas. «Ce qui est incroyable, c’est qu’il n’y avait pas à apporter une seule retouche, c’était comme si c’était fait sur mesure», dit Volf.
«C’est comme une relique», affirme Bellucci en montrant la robe dans sa loge.
La vie sous les projecteurs est peut-être le seul point commun entre les deux femmes, la Callas ayant vu toute sa vie étalée au grand jour dans la presse internationale: ses succès légendaires, mais aussi ses coups d’éclat, ses annulations –souvent interprétées à tort par la presse comme des caprices–son divorce et surtout sa relation avec Onassis qui lui brisera le coeur en l’abandonnant pour Jackie Kennedy.

Elle a montré cette image publique souriante, et derrière se cachait une femme qui vivait autre chose», indique Monica Bellucci.

«Quand on est exposé, c’est sûr qu’on risque énormément. Moi je cherche toujours à me protéger (…) C’est vraiment important de garder les pieds sur terre et d’avoir une distance avec notre image», dit l’actrice dont la séparation avec l’acteur Vincent Cassel après 17 ans de vie commune a été très médiatisée

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

شاهد أيضاً
إغلاق
زر الذهاب إلى الأعلى
error: Content is protected !!