AccidentsL' AFRIQUE

Une fosse commune contenant les corps de 28 officiers au Soudan

Une fosse commune contenant les corps de 28 officiers au Soudan

Suivi de M. Shalaby

Selon un rapport de Reuters, un charnier a été découvert au Soudan qui contiendrait les corps des officiers exécutés par el-Béchir. Le bureau du procureur a déclaré jeudi soir que le Soudan avait trouvé une fosse commune qui pouvait contenir les restes de 28 officiers de l’armée exécutés en 1990 pour complot de tentative Un coup d’État contre l’ancien président Omar el-Béchir.

Les officiers ont été exécutés dans des circonstances mystérieuses après un procès militaire rapide un an après que Bashir a pris le pouvoir lors d’un coup d’État militaire en 1989, et le lieu de sépulture n’a pas été révélé depuis des décennies.

Le procureur a déclaré dans un communiqué que le parquet avait pu trouver une fosse commune. Les données indiquent qu’il est probable que la fosse se trouve là où les corps des officiers qui ont été tués et enterrés de manière brutale.

Le communiqué a ajouté qu’une équipe de 23 experts est parvenue à ce résultat après trois semaines d’efforts, et que des procédures judiciaires et d’enquête supplémentaires seront entreprises sur le site.

Le Procureur général a assuré aux familles des officiers exécutés que ces crimes ne passeraient pas sans un procès équitable. Al-Bashir a comparu devant le tribunal mardi à l’ouverture de son procès pour avoir dirigé le coup d’État militaire qui l’a porté au pouvoir en 1989 et pourrait être condamné à mort s’il était reconnu coupable.

L’avocat de Bashir n’était pas immédiatement disponible pour commenter. L’armée a renversé Bashir en avril 2019 après des mois de manifestations de masse.

Les médias locaux ont rapporté plus tôt ce mois-ci que les procureurs avaient interrogé Bashir au sujet des exécutions de 1990. Le procureur général n’avait pas commenté publiquement la question.

Le procureur soudanais a annoncé le mois dernier la découverte d’un charnier dans l’est de Khartoum, soupçonné de contenir les restes d’étudiants tués en 1998 alors qu’ils tentaient de s’échapper du service militaire dans un camp d’entraînement.

Bashir avait déjà condamné une peine de deux ans de prison en décembre pour corruption. Al-Bashir fait également l’objet de procès et d’enquêtes sur le meurtre de manifestants.

Il est également recherché par la Cour pénale internationale, qui a émis des mandats d’arrêt contre lui en 2009 et 2010 pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans la région troublée du Darfour au Soudan.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى
error: Content is protected !!