Pays Arabes

Les Emirates arabes :La technologie des pluies

Les Emirates arabes :La technologie des pluies

echo-egypte

La météorologie des Emirats arabes unis a récemment publié des vidéos montrant des véhicules rouler sous une pluie abondante. Des intempéries qui n’avaient rien de naturel : elles sont le fruit d’une technologie qui stimule les nuages pour faire pleuvoir.

Des pluies qui n’ont rien à voir avec celles qui ont récemment frappé d’autres pays causant de graves inondations. Et pour cause, elles ne sont pas naturelles. Elles sont le fruit d’une technologie destinée à stimuler les nuages pour faire pleuvoir et accroitre les précipitations aux Emirats arabes unis dont le climat est très aride.

En moyenne, moins de cent millimètres de pluie tombent chaque année sur le territoire des Emirates Arabes . A titre de comparaison, la pluviométrie annuelle oscille en France entre 500 et 1.800 mm pour les régions les plus arrosées. C’est pour lutter contre ce déficit que le pays s’applique depuis quelques années à investir dans des projets de recherche destinés à faire pleuvoir.

Selon The Independent, au moins neuf projets différents ont reçu des financements en cinq ans pour un total de plus de dix millions d’euros. Dans le cas présent, on ignore lequel a permis de déclencher les pluies qui arrosent Dubaï, Ras el Khaïmah et leurs environs depuis la semaine dernière.

De l’électricité dans les nuages pour faire pleuvoir

L’une des initiatives est menée par une équipe de l’université de Reading en Angleterre. La technologie qu’ils ont imaginée consiste à utiliser des drones pour envoyer des décharges électriques dans les nuages. Objectif : pousser les gouttes d’eau présentes à s’agréger entre elles et former de plus grosses gouttes davantage susceptibles de tomber en pluie.

La taille des gouttes a en effet son importance, en particulier aux Emirats arabes unis où les nuages sont hauts et les températures élevées. Ces deux facteurs font que l’eau a tendance à s’évaporer bien avant de tomber. Un problème que les scientifiques britanniques tentent de contrer avec leur procédé.

Les scientifiques ont en effet constaté que lorsque les gouttes d’eau étaient électriquement chargées, les plus petites étaient davantage susceptibles de s’agréger pour former de plus grosses gouttes. D’où le recours aux drones qui doivent envoyer des décharges électriques dans les nuages.

“Ce que nous essayons de faire c’est concevoir des gouttes à l’intérieur des nuages suffisamment grosses pour que lorsqu’elles sortent du nuage, elles parviennent à survivre jusqu’à la surface”, a expliqué en mai dernier à CNN, Keri Nicoll, météorologue qui participe aux recherches. Des tests ont déjà été menés au Royaume-Uni et en Finlande pour éprouver la méthode.

Ensemencer les nuages

L’étape suivante devait consister à tester la technologie directement aux Emirats arabes unis, une fois les conditions météorologiques nécessaires réunies. D’autres projets financés depuis 2017 se basent eux sur un procédé différent visant à ensemencer les nuages avec différentes substances telles que des particules de chlorure de sodium (ou sel) pour favoriser les précipitations.

Quelle que soit la technologie employée, les récents essais semblent en tout cas avoir fonctionné. Le 22 juillet, le service météorologique national annonçait encore des pluies et des orages. A certains endroits, les intempéries ont inondé des routes et rendu les conditions de circulation dangereuses

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى
error: Content is protected !!